Les Oubliés : T2 Jour Un

12670139_1732985410264456_9134904569178682466_n

L’objectif final se dessine : faire éclater la vérité et rendre sa liberté à un peuple ayant vécu dans le mensonge et l’ignorance trop longtemps.

Comme l’a prouvé la première mission, la route n’est pas sans danger, et le but ultime ne se laissera pas atteindre facilement. Eléa, Gabriel, Clara, Louis et tous les autres arriveront-ils au bout de leur aventure ? Pourront-ils unir leurs forces pour un même objectif ?

Une chose est sûre, ce combat ne sera pas de tout repos, et risque de laisser des traces aussi bien physiques que psychologiques. Mais un adage dit bien que : la liberté n’a pas de prix !

Peut-être même pas celui du sang ?

Le 8 novembre 2016 aux Editions Plume Blanche

En vente :

  • Sur la boutique Plume Blanche : ici
  • Sur Amazon : ici
  • Sur la Fnac : ici
  • Mais aussi en commande auprès de votre libraire

Pour les petits curieux, je vous propose de découvrir le prologue de ce deuxième tome. Cliquez ICI pour replonger dans l’univers des Oubliés ( à lire bien entendu avant de découvrir les premières pages du premier chapitre ci-dessous)


Chapitre 1

Eléa

Je me retrouve à genoux au sol. Le souffle me manque, des hauts le cœur font remonter ma cage thoracique me donnant l’impression de me broyer le cœur à chaque mouvement. Des larmes coulent sur mes joues et me brûlent les yeux, je tente des les essuyer d’une main tremblotante. L’image de Gabriel faisant tourner cette fille contre lui semble gravée sur mes rétines. Je ne comprends pas. Qui est-elle pour lui ? Et moi ? Je pensais… je pensais que lui et moi avions une relation sérieuse. Je me remémore tous les moments que nous avons partagés, cherchant le moindre indice qui aurait pu me mettre sur une piste, mais je ne trouve rien. Pour moi les choses étaient claires, nous étions ensembles et amoureux. Je secoue la tête et me la prends entre les mains. Aurore s’accroupit à mes côtés. Elle a vu la scène par-dessus mon épaule, et je sens son hésitation au moment où elle tend la main vers moi.

— Eléa… je suis certaine que ce n’est rien. Ce doit-être une amie, rien de plus.

Je voudrais lui répondre, mais ma gorge est nouée par des mots que je ne veux pas prononcer. Mes épaules tremblent sous les sanglots, elle s’approche un peu plus de moi et me prend dans ses bras.

— Chut…, tente-t-elle de me calmer en me caressant les cheveux. Il est entré dans la maison, si tu veux mon avis il ne va pas tarder à arriver et tout t’expliquer.

Elle me saisit le menton et m’oblige à relever la tête vers elle. Tendrement, elle essuie les larmes qui coulent sans discontinuer sur mes joues.

— Sèche-moi ces larmes. Tu es plus forte que ça Eléa !

Je secoue la tête et arrive à bafouiller.

— Pas pour ça… pas pour lui… il représente tellement pour moi…

Ma voix se casse et je prends une respiration laborieuse avant de continuer.

— Et s’il avait vraiment quelqu’un d’autre dans sa vie ?

Ces mots me semblent irréels et je me les entends prononcer comme dans un cauchemar.

— Si tout ce auquel j’ai cru depuis plusieurs mois n’était rien ?

Les larmes débordent à nouveau. Aurore m’embrasse sur le front avant de me serrer une nouvelle fois contre elle.

— Si c’est le cas, murmure-t-elle. Fils ou pas, de Grand Gouverneur, je lui arrache les yeux et je l’abandonne dans un coin perdu.

Elle recule et désigne Simon du menton.

— Et laisse-moi te dire que ce n’est rien en comparaison de ce que lui fera Simon !

Un sourire timide se dessine sur ma bouche. Je connais Aurore, je sais qu’elle me soutiendra. Mon regard glisse sur Simon, et le coin de mes lèvres s’affaisse. Je n’ai pas le droit de craquer maintenant, il a besoin de nous.

Aurore se relève, et m’aide à en faire autant, puis lentement nous nous approchons de notre moitié blonde. Mon cœur se serre. Il est là, pâle, allongé sur un lit qui semble beaucoup trop grand pour lui, les yeux fermés, les traits tirés, si son torse ne se soulevait pas à intervalle régulier, nous pourrions penser qu’il est… mort. Je serre les mâchoires et je pince les lèvres. Tout ceci est de ma faute. Si je ne l’avais pas embarqué avec moi dans toute cette histoire, il ne serait pas couché dans ce lit aujourd’hui. Il serait encore à l’institut des Grands, près de la Nouvelle Paris, il serait en pleine forme et suivrait une formation des plus intéressantes. Je regrette tellement. Si je venais à le perdre, je m’en voudrai pour le reste de ma vie. Comme à son habitude, Aurore semble deviner mes pensées. Elle m’attrape la main et me la presse tendrement.

— Tu n’y es pour rien ma chérie. Nous aurions tous fait les mêmes choix à ta place. Et il a pris sa décision tout seul.

Je m’apprête à la contredire lorsque l’on frappe à la porte. Mon cœur s’emballe. Je sais qu’il s’agit de Gabriel. J’ai peur de la conversation qui arrive, je ne suis absolument pas prête à l’entendre me briser le cœur. Aurore me presse une dernière fois la main, elle se penche vers moi pour m’embrasser sur la joue, puis elle s’avance vers la porte. Je la retiens au dernier moment.

— Non attend, reste ici. Je n’ai pas vraiment envie de discuter de ma relation avec lui, devant Simon.

Je détaille mon ami, puis je reprends.

— Je vais dans ma chambre.

Elle acquiesce et prend place dans le fauteuil près du lit.

Les jambes tremblantes, le cœur tambourinant dans ma poitrine, je m’approche de la porte à pas incertains. Je prends une grande inspiration et alors que des points noirs dansent devant mes yeux, je l’ouvre en grand. Il est là, devant moi, les traits tirés, son regard vert perçant tentant de deviner ce qu’il se passe dans ma tête. Au moment où ses yeux croisent les miens, je retiens un gémissement de douleur. Je ferme les paupières et m’agrippe au chambranle de la porte pour ne pas m’écrouler. S’il me quitte, mon monde cessera de tourner. Je viens déjà de tirer un trait sur tout ce qui faisait ma vie jusqu’à aujourd’hui, mais perdre son amour sera au-dessus de mes forces.

— Eléa, murmure-t-il. Je… je peux tout t’expliquer.

Je secoue la tête, et sans le regarder, pour ne pas flancher, je passe à côté de lui et traverse le couloir pour entrer dans notre chambre… notre chambre. En sera-t-il encore ainsi dans quelques heures. Je me passe la main sur le visage et me retourne vers lui en fixant un point au-dessus de sa tête.

— Pas ici, pas comme ça, je n’ai pas envie de me donner en spectacle.

Il acquiesce et me suit dans la chambre. Je m’installe en tailleur sur le lit et jette un coup d’œil par la fenêtre ouverte, de là où je suis, je ne vois que la mer à perte de vue ainsi que le haut des arbres du jardin. Je repense avec un pincement au cœur au jour où Naïa nous a fait découvrir la maison. Une journée magnifique. Nous venions d’arriver à Marseille, Samuel avait décidé de nous apporter son soutien, et à la fin d’une belle balade à la découverte de la ville, Naïa s’était arrêtée devant la demeure. Cette maison qui m’avait tout de suite fait penser à Aurore : je savais que sa couleur bleu-turquoise lui plairait. Et puis était venu le moment de la répartition des chambres… nous étions tellement heureux. Je reporte mon attention sur Gabriel lorsqu’il prend place près de moi, instinctivement je recule de quelques centimètres. Je vois un éclair de douleur traverser son regard. Je ne le comprends pas, je ne le comprends plus. Je m’apprête à prendre la parole, mais il m’arrête d’un geste de la main et il lâche sa bombe. […]

Publicités

5 réflexions sur “Les Oubliés : T2 Jour Un

    1. Bonjour, alors chez les libraires il ne sera effectivement pas en rayon, mais ils peuvent le commander auprès de la maison d’édition. Sur Amazon, je viens de vérifier il est bien disponible mais en market place et il y a donc des frais de port. Le plus simple serait peut-être de le commander directement sur la boutique de la maison d’édition.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s